CONSTELLATIONS

Parce qu’à la sortie de la nuit je t’ai vu, toi, petit être intrépide et insipide…
Tu as toqué à mon carreau rachidien pour pouvoir te lover dans cette alcôve gluante.
Tu m’as dit que ce rose pâle veineux te rassurait et que tu voulais te loger dans ma matière grise et manger mes z’idées noires,
boire cette encre liquide qui s’engluait dans mes synapses.
Glups.
Je la sens partir par mon oreille et couler sur mon lobe goutte à goutte.
Mais en enlevant la nuit noire de ma tête, tu as tout de même su y garder les étoiles scintillantes qui s’y étaient agrippées
Comme des étoiles de mer sur leur rocher.

Krounch