MON TEXTE N’EST PAS POETIQUE #4 – Thierry Radière

MISE EN CONDITION

Je ne pourrais pas expliquer exactement comment naissent mes livres. Disons, pour être plus précis, que commencer à réfléchir à leur fabrication m’entraîne inlassablement vers des songes de plus en plus incohérents. Je dois reconnaître qu’en vieillissant j’aime me laisser balader par ma pensée. C’est elle et uniquement elle, que j’écoute quand je suis devant mon ordinateur. J’irais même jusqu’à soutenir que je deviens le chien de mes vagabondages intérieurs dès qu’il s’agit d’écrire le matin. La laisse, à laquelle le collier que je porte autour du cou est attachée, est longue, très longue, infinie même. Elle me donne l’illusion d’une certaine liberté. Mais au fond, je n’en ai pas beaucoup : je dépends, corps et âme de ces divagations sans limites. Elles me rappellent à l’ordre quand je ne vais pas assez loin. Tous les jours je teste mes frontières dans le monde de l’écriture, un collier autour du cou.

En revanche, je suis certain qu’il y a dans cette manie morbide à vouloir sans cesse écrire, une part de moi-même que j’essaie de réanimer (tant bien que mal). Une partie égarée que jour après jour je pars rechercher. Quand je tombe par hasard sur un minuscule résidu d’ossement que je reconnais, je m’empresse de pratiquer une espèce de bouche-à-bouche appliqué qu’aucun archéologue n’a encore jamais vu sur un site archéologique. Imaginez vous un homme, les lèvres collées à un os, qu’il veut faire revivre. C’est impensable, n’est-ce pas ? Et pourtant ; c’est l’image qui correspond le mieux au royaume impensable du processus de création littéraire que j’essaie de rendre plus tangible.

Maintenant toutes les expériences du réel, je veux parler de celles que je suis amené à vivre, même si elles ne m’enthousiasment guère au départ, je les prends comme des invitations à retrouver des bouts de moi-même disparus, enfouis sous le poids des années, des gestes manqués et des fausses routes prises à la hâte.

( Incipit d’un récit inédit « Un dimanche au vide-grenier »)

Thierry Radière est né en 1963 à Monthois dans les Ardennes mais vit et travaille comme professeur d’anglais à Fontenay-le-Comte en Vendée. Poète, romancier, nouvelliste, il est publié dans de nombreuses revues et a plusieurs livres à son actif. Son dernier recueil de poèmes a été publié en mars 2021 à La Table Ronde. Il s’intitule Entre midi et minuit.

Thierry Radière se considère avant tout comme un auteur d’aventure intérieure, spécialisé dans les récits intimistes et les ambiances de huis-clos. L’auteur est à l’image de chacun de ses textes, un curieux mélange de réserve farouche et de brève impudeur. Il tient un blog littéraire « sans botox ni silicone » que vous pouvez consulter en cliquant sur le lien suivant : http://sbns.eklablog.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *