Traductions – Luis Miguel Sanmartín

Poèmes de “Frost (Escarcha)”. ©Ed. Abismos del Suroeste, 2020

Photographie: MA Real

Traduction par Miguel Ángel Real

primeras dudas

no sé cómo empezar aunque prometo
hallar algún principio                   una partícula
un corolario de nada o de todo
un algo                  alguna cosa
un verso una pregunta una mentira
encontrar un preludio interesante
para después seguir con lo vulgar
(otra intención sería pretenciosa)

dormir en el envés de la mirada
la piel el resplandor              la carantoña

caminar
a paso de tortuga (o caracol)
con la seguridad del ser que se disfruta
del ser que se desvive
se desvive y descifra
su existencia su palio su mitad

frecuentar el recuerdo
y borrar las preguntas maldicientes

no sesgando la duda y su virtud
sino mirando arriba y adelante
definido el silencio (aquel dolor)
comprendida la fobia

moliendo con las manos hojas secas

echando al vuelo su intrigante polvo

premiers doutes

je ne sais pas comment commencer mais je promets
trouver un commencement quelconque              une particule
un corollaire de rien ou de tout
une chose               quelconque
un vers une question un mensonge
trouver un prélude intéressant
et ensuite devenir vulgaire
                 (une autre intention serait prétentieuse)

dormir sur l’envers du regard
la peau l’éclat                    le câlin
marcher
à la vitesse de la tortue (ou de l’escargot)
avec la sécurité de l’être qui jouit de lui-même
de l’être qui se dévoue
qui se dévoue et qui déchiffre
son existence son pallium sa moitié

fréquenter la mémoire
et effacer les questions médisantes

sans biaiser le doute et sa vertu
mais en regardant vers le haut et vers l’avant
une fois défini le silence (cette douleur)
une fois la phobie comprise

en broyant des feuilles sèches avec les mains

en faisant voler leur poussière intrigante

 

genealogía de Ícaro

los rascacielos
sitúenlos a la derecha

en la línea de costa

el mar
a su merced

yo por mi parte
fiel a mi vocación
escojo el vuelo

 

généalogie d’Icare

les gratte-ciel
placez-les sur la droite

sur le littoral

la mer
à votre guise

pour ma part, moi
fidèle à ma vocation
je choisis de voler

 

…al vuelo…en el instante…de pasada… (sin papel y plasmado en el portátil)

…dos miradas se cruzan…

…ya no se dicen nada…

…dos amantes se escrutan…

…la carne descarnada…

sobrevuelan cuchillos se mezclan con la lluvia aparece la luz
más oscura a la luz más tediosa a la luz más hermosa a la luz
más bello que el vacío no es la sombra ni mirar con la luz que te otorgaron
más bello que el vacío está el amor requiebro de la luz y delicioso
sereno y delicioso…………..la carne………….descarnada…………..

d o s     a m a n t e s     s e     m i r a n

ya no se dicen nada
está la luz

 

…à la volée…sur le moment…en passant… (sans papier et saisi sur le portable)

…deux regards se croisent…

…ils ne se disent plus rien…

…deux amants se scrutent…

…la chair décharnée…

des couteaux volent au-dessus de nos têtes se mêlent à la pluie la lumière apparaît
plus sombre à la lumière plus fastidieuse à la lumière plus belle à la lumière
plus beau que le vide ce n’est pas l’ombre ni le regard avec la lumière donnée
plus beau que le vide il y a l’amour compliment de la lumière et délicieux
serein et délicieux………….. la chair………….décharnée…………..

d e u x    a m a n t s    s e    r e g a r d e n t

ne se disent plus rien
                                        la lumière est là

 

Luis Miguel Sanmartín (Alicante, Espagne, 1967) a étudié au Collège San Agustín et au lycée Miguel Hernández de sa ville natale.
Il s’installe ensuite à Valence pour mener des études de Psychologie et c’est là qu’il entre en contact avec les milieux littéraires de l’époque. Depuis lors, lire et écrire de la poésie est une recherche personnelle constante, une investigation des possibilités du langage, un élan vital.
Après un long parcours d’apprentissage autodidacte, d’écriture dormant dans un tiroir, il se lance dans l’aventure du monde de l’édition et publie son premier recueil de poèmes, …Y ahora somos tres (Poesía eres tú, 2018), un livre recommandé par l’Asociación de Editores de Poesía (AEP).
L’année suivante, il publie Trece (Olé Libros, 2019) et Art Nouveau (Ediciones Llanura, Colección Erato, 2019). L’automne 2020 a vu la publication de ses dernières créations poétiques, Frost (Abismos del Suroeste) et de l’anthologie annotée et illustrée Impostor.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *