Gérard Camoin – Trois poèmes de mars

Morgane rouge

Sortir du nid de serpents

c’est parfois passer le TANT

Le tant mieux le tant pis

et le tant que ça dure

Indolente et douloureuse

de ce TANT-là épuisée

Fée MORGANE s’allonge

avec ses sœurs ponantes

qui guettent au salon ROUGE

le notaire l’ingénieur

et le chef de la clique

l’heure sonnante du sénateur

la couperose du charcutier

et la croix du curé discret

qui apporte des cierges

Et même certains soirs

à l’heure du chien qui pisse

la lance du poète aviné

à l’éponge d’un christ païen

qui pleure sur son sein

Et le poète dans ses sanglots

cherche ses mots Des mots d’amant

Des mots de poète Mais les mots

n’ont pas d’importance

La poésie est alchimie

mais aussi quête fantastique

Elle place des licornes au milieu des bœufs

et des nains de jardin parmi les korrigans

 

 

Écharpe rouge

Porter écharpe rouge

sur un veston noir

Mon signet

Mon plumet

Un signe à Durruti

Le col en fleur

rouge d’espoir

Porte-bonheur

des Seize de Lanti

Bateau-phare anglais

Scarweather

in Douarnenez

Et quand vient la saison

autre allure

Écharpe noire

Très cher Arthur

Autre signature

au bas de mon grimoire

Mais depuis quelques temps

rien n’est comme avant

Cher ami Paul

Plus le droit

de venir sous le vent

comme naguère

l’écharpe rouge

autour du col

Rouge de colère

comme la belle joue

d’Olympe de Gouges

Et cela me rend fou

Pour un autre on me prend

si je porte écharpe rouge

On me montre les dents

me désigne du doigt

me traite de bourgeois

Alors mon ami Bob

Mon tiroir coquelicot

d’écharpes rouges

de laine ou calicot

reste bien clos

Demain c’est la nuit rouge

Cher Marius Jacob

JOUE TUBULAIRE

J’ai la joue tubulaire

L’oreille de carton

Mon pauvre nez horsain

oui mais un sain nez drain

qui rougit à mon pied

d’un feu de poudrière

en tuyau de pompier

Plus rien ne me ressemble

Ma sale gueule en biais

Ma lèvre de travers

Toujours la gorge sèche

Je bois dans mon soulier

et j’ai la main qui tremble

sans taper le gorgeon

J’ai des idées bizarres

qui flottent dans mes voiles

en hachis Parmentier

J’ai du mal à comprendre

ce que disent les fées

Les fées douces et fraîches

pendues dans les haubans

Les fées hospitalières

aux rigolos cachets

refusent de descendre

et sèment des étoiles

dans mon ciel de lit blanc

Je pense à Balthazar

qui joue avec le vent

Mais le divin martien

qui passe le matin

dans son costume vert

qui fige son sourire

ne me dit presque rien

Non rien de rien de pire

À part que tout va bien

Pas qu’un peu mon neveu

Que tout ça est normal

Ma tête de cheval

et ma casaque bleue

Et qu’il faudra lui dire

si demain un jockey

me court dans la première

Il mettra un billet

Gérard Camoin – 22 janvier 2020 – Polyclinique Quimper Sud –

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *