Daniel Malbranque

Photo: M.A.Real

DRÔLATIQUE

Drôle de vie que de la passer
à faire de la poésie
à griffonner des vers des vers des vers
sans que le sens commun
y trouve ses petits

Drôle d’existence à vouloir
lire dans les nuages
quelconque secret qui n’existerait pas
tandis que d’autres veulent y voir
juste s’il va pleuvoir

Drôle de destin à s’abîmer la pensée
en des gouffres insondables
qui n’ont de profondeur
que celle du nonsense et de l’écho
de nos de nos de nos pauvres mots

Drôle de jeunesse passée
sans se lasser à quêter la vérité
de l’Azur qui pur jamais ne sera
guipure ni jaspure La vieillesse
arrive trop vite c’est sûr

Et la vie putain comme c’est drôle
impossible de la recommencer
d’en corriger le moindre petit alexandrin
de changer le titre

après le point final.

 

**

 

POING ROUGE

A la pauvreté

à celle qui est vraie richesse et non misère

qui s’illumine de la simplicité
qui rejette l’inutile et le superflu
qui n’a de possession que l’art de ne pas en avoir
qui s’enorgueillit d’être l’amie des nuages
de la fleur de pissenlit de la pierre du chemin
qui s’émerveille de si peu de rien d’un sourire
d’une comptine d’un bonjour d’un bonsoir

à cette honorable vertu

j’offre aumône et merci
qui cliquettent avec l’obole
chue dans la pauvre sébile

J’offre aussi la colère
qui donne cœur
à réclamer le juste don
aux exploiteurs exploitants
à ceux qui sans nulle décence
accaparent et rotent
assis sur leur tas d’or

 

**

 

PLUME DE POÉSIE CLOCHE DE JOIE

La poésie est barbecue
ou bien rien du tout
drogue dure ou cachou
Si d’elle on s’en fout
c’est à cause surtout
de ces tristes et peu fous
scribouillards bien mous
à la plume roudoudou ou
au cul qui ne sait faire que la moue

La poésie c’est s’asseoir sur le perron
laissant la brise briser
les pétales pétaler
les abeilles abeiller
le soleil toutereller
et puis vider vider son esprit
pour accueillir un mot
un seul qui tintera comme
cloche de joie Aujourd’hui
j’ai choisi Barbecue

Chaud devant
les merguez sont cuites

 

**

 

Daniel Malbranque est né en 1953, à Brest. Etudes de lettres et philosophie abandonnées au profit de l errance. Dix annéesd itiné ance (Espagne, Yougoslavie, Turquie, Iran, Afghanistan); puis quinze ans d’ activités radiophoniques au sein d une radio locale à Ribérac, en Périgord. Entré dans l’administration, il finit par s’installer au pays de Cyrano. Créateur en 1969 du dé funt Club de la Poésie , puis rédacteur de la revue anarcho Dada Toalette (1971-1972). Présent dans de nombreuses revues : Digor , Vorace , Le Vice et la vertu , Les Voleurs de Feu , Friches , Le club des Hydropathes ,
La lettre des Poètes du Berry , Le Journal à Sajat, Instinct Nomade et dans les anthologies : L’Auberge espagnole (2011), Les Souffleurs de vers (2013), Le Florilège du centième (2015), Florilège des Poètes en Bergeracois (2016), Dossiers d’Aquitaine (2016, 2017, 2018). En 2018, il a créé la revue de littérature La Vie Multiple . Il est membre du comité de rédaction de la revue Instinct Nomade .

Publications récentes:
-Cette voile sobre qui cingle suivi de Cordes cuivres et vents (2017), éd. Thierry Sajat
-Comme un reflet sur l’au delà suivi de quelques Eaux Fortes (2015), éd. Thierry Sajat
-Des nuits de l’outre soi et de certains jours renaissants , anthologie
personnelle 1973-2018 éd. Germes de barbarie,
-Aller voir ailleurs, , récit autobiographique ( éd. Germes de barbarie, 2020)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *