Entonymes – Rémy Leboissetier

Entonymes

Qu’est-ce qu’un « entonyme » ? C’est le résultat d’une greffe de vocabulaire, qui opère un croisement entre deux mots et permet de générer une nouvelle proposition lexicale. Suivant l’exemple d’une greffe classique, nous pourrions employer pour l’un le terme de donneur et pour l’autre celui de receveur, si en réalité chacun des deux vocables ne se nourrissaient mutuellement de leur matière sémantique. C’est un art de l’alliance et de l’hybridation qui révèle une occurrence singulière, s’appliquant à un objet communicationnel non identifié, un « amalgamot », en quelque sorte…

En vrai, c’est un procédé très anciennement connu, dont Lewis Carroll est, sinon l’inventeur, le plus célèbre praticien (après Rabelais tout de même, et avant lui, Aristophane, « fabricateur génial » de mots, selon l’expression de Victor-Henry Debidour, qui dans son travail de traduction de l’auteur grec en vit jaillir « comme sauterelles dans les herbes sèches »). Quantité d’auteurs ont eu recours à ce système, ainsi Edgar Poe qui crée le mot « anonymosité » pour qualifier l’attitude d’un critique qui l’a calomnié sans divulguer son nom. On voit bien que ce mot s’applique à un cas pour lequel il est spécialement désigné. En langue française, le produit de cette méthode est appelé diversement mot-valise ou mot à tiroir, ou encore mot-chimère, dénominations peu satisfaisantes de mon point de vue. Bien qu’il soit homonyme des mots contraires, dits antonymes, et donc quasi identique dans sa constitution, je leur préfère un autre mot-chimère issu de l’horticulture, puisqu’il s’agit bien d’une certaine culture de langage, dont je me plais à observer l’éclosion subreptice et sonder les secrètes ramifications. « L’ente contribue à faire du jardin potager-fruitier un lieu de merveilles », dit Florent Quellier dans son Histoire du potager (éditions Armand Colin, Paris, 2012).

 

   Rémy Leboissetier est né à Fougères (Ille & Vilaine) en 1956. Il réside actuellement à Quimper. Écrivain, scénariste, dessinateur, réalisateur (film d’animation), il pratique surtout les petites formes littéraires, souvent dans le cadre de séries, et s’adonne à toutes sortes de jeux et recherches sur le langage. Hors du circuit traditionnel, il mène un travail d’autoédition depuis 1998 avec la participation d’artistes visuels et sonores, tout en collaborant à d’autres structures éditoriales et revues de création. Nombreuses lectures, avec accompagnement musical (réfractaire aux signatures).
Il a publié à son propre compte une vingtaine d’ouvrages mêlant poésie, fictions, textes brefs, fantaisies littéraires. Il s’oriente à présent vers des publications à très petit tirage allant jusqu’au livre unique, sous la forme d’objets de création combinant littérature, arts graphiques et plastiques.
Collections publiques : Service Patrimoine de Carré d’art-Bibliothèques de Nîmes, Patrimoine & Cornouaille de la médiathèque Alain Gérard de Quimper.
Premier contrat d’éditeur en 2018 aux éditions du Sandre (Paris-Bruxelles).

Pour découvrir entonymes et autres créations langagières, allez dans Mots perdus, mots forgés

Laisser un commentaire