Marc Sérazin

Récidive première

Dans l’épanchement liquidien, courant des murmures réguliers de la photocopieuse à jeun suspendus, aux imitations des ciels touristiques massifs de ces deux scaphandriers marqués sur la roche du hile maternel, les hirondelles de frise consultent à la réponse tendre des secrétaires les berniques bénévoles aux pantomimes supérieurs, avant de s’écraser stupéfaites, en prescriptions solennelles sur la plage-cabine déminéralisée d’avance.

À la réplique dérisoire de cette collusion, la ronde générale des embaumeuses endurcies ne put, à l’étude de la carcasse solitaire, être confondue par reconnaissance buccale des extrémités épuisées, avec une convulsion rotative finale de caresses inflammatoires.

En bascule cardinale

Depuis que l’oreille des figurines acéphales bruit d’une teneur marine constante commise d’office à l’ombre portée des grandes herbes sur lesquelles coule le jus d’algue des jouets en sable, les crabes verts tracent en oblique à l’apparition de cette petite troupe mondaine trottillante, et les rayures de pluie sciant l’icône embryonnaire à la bouche larvée des vitrines annoncent le prêche scandé des tribunes qui fera rebondir en désordre canonique les ventres aux semences palatales abritant les réjouissances immédiates. À la renverse, — Et si rien ne se passait ? — les nappes de clarté blême se mélangeant aux peintures de l’évier où flottent déjà les pétales d’asphodèles en trompe l’œil et les morceaux de phalanges en sursis reproduiraient contre toute attente les digues déjà vaines.

http://marcserazin.blogspot.com/search/label/Contact

Laisser un commentaire