Traductions – Fermina Ponce (Colombie)

Poèmes de « Se llamará piedra, © Sudaquia Editores 2021

Traduction par Miguel Ángel Real

SIN POEMA

No encuentro ese poema
lo busqué a la entrada del circo
en la contemplación de las figuras humanas 
los rostros sin su mundo mágico

El caballo del ajedrez de Alicia no lo guarda en sus maravillas
Las mil y una noches no me fueron suficientes
necesito a mi Dios más grande que todo
no quiero convertirme en estatua de sal todas las mañanas 
al mirarme la espalda

No encuentro ese poema
lo sentí regresar a la infancia de Borges
sin su alma presa, tan cóncava

No lo han visto en el eclipse rosa
tampoco en el cristal que guarda mi pasado
ni en el jardín que se llenó de maleza

No encuentro ese poema
el espejo absorbe mis palabras.
SANS POÈME

Je ne retrouve pas ce poème
je l'ai cherché à l'entrée du cirque
dans la contemplation des figures humaines
les visages sans leur monde magique

Le cavalier du jeu d'échecs d'Alice ne le retient pas dans ses merveilles
Les mille et une nuits ne m'avaient pas suffi
j'ai besoin de mon Dieu plus grand que tout
je ne veux pas devenir une statue de sel chaque matin
en regardant mon dos

Je ne retrouve pas ce poème
je l'ai senti retourner à l'enfance de Borgès
sans son âme prisonnière, si concave
On ne l'a pas vu lors de l'éclipse rose
ni dans le cristal qui garde mon passé
ni dans le jardin qui s'est rempli de broussailles

Je ne retrouve pas ce poème
le miroir absorbe mes mots

 ****

EN LA FRONTERA

                                                   Para los inmigrantes

En la frontera existe el insomnio de las diferencias
la muerte sin sentido
la línea opaca en las manos de sus habitantes
                    un café 
                    la mujer recién parida
                     una mirada a todas partes del infinito claro
un camino insospechable 
                     exilio a grito herido
llanto del verbo
                     allá en la frontera.


SUR LA FRONTIÈRE

                                         Pour les migrants

Sur la frontière il existe l'insomnie des différences
la mort qui n'a pas de sens
la ligne opaque sur les mains de ses habitants
            un café
            la femme qui vient d'accoucher
            un regard partout vers l'éclaircie infinie
un chemin insoupçonnable
            exil à cor et à cri
larmes du verbe
           là-bas sur la frontière




                                  *******


Fermina Ponce

(Bogotá, Colombie, 1972).  Ses recueils Al desnudo et Mar de (L)una, ont obtenu une mention d’honneur des prix ILBA 2018 (International Latino Books Awards) et ILBA 2019, respectivement. Ponce aborde des sujets universels: elle parle de la nature humaine et ses dualités, y compris les maladies mentales, comme dans son livre Poemas SIN NOMBRE. Elle a publié deux nouvelles chez  MAGMA editorial en 2019, “René” et “From Pilsen with Love”. Elle fait partie de Féminas Antología de infidelidades y mentiras escritas por mujeres (Ars Communis, 2021). En 2020 elle est nommée « Diputada Poeta Laureada » à Aurora, Illinois, où elle habite. Elle fut nommée au Prix  « Los 22 más » par le Consulat Colombien à Chicago  en 2017, dans la categorie de culture, pour son travail dans le secteur de Chicago. Certains de ses poèmes ont été traduits en français par Miguel Angel Real et publiés dans la revue en ligne La Piraña, México. https://www.piranhamx.club/index.php/pages/la-estancia-del-escriba-2/le-piranha-transoceanique/1114-fermina-ponce-traduction-par-miguel-angel-real

 

 
  1. 1
    Anne Soy

    Oui, « là-bas sur la frontière » il existe tout cela et le verbe pleure.
    Bravo et Merci. Beau poème que j’apprends par cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *