Traductions – JOSE LUIS MORANTE – (Espagne)

Poèmes extraits de Nadar en seco,
Isla Negra editores / Crátera editores,  2022

Traduction par Miguel Ángel Real

 

AQUÍ

                                Nada y todo ocurre en todas partes
PHILIP LARKIN

Es aquí donde estoy,
entre grietas de un yo parapetado
en las profundidades
de sí mismo.

Habito un cuarto exiguo
donde nada hay detrás,
salvo el triste vacío
de paredes sin lustre.
Soy un plano que muestra,
maltrecho y solitario,
el retraso gastado de caminos
que ya se desvanecen.

Mi reclusión carece de secretos.
En las puertas del frío,
necesito encontrar
en cualquier prisa
el sol en casa;
un cuerpo que sostenga
el temblor de la luz.

ICI

Rien et tout se passe partout
PHILIP LARKIN

C’est ici que je suis,
entre les fissures d’un moi abrité
dans les profondeurs
de lui-même.

J’habite une chambre exiguë
où il n’y a rien derrière
mais le triste vide
des murs ternes.
Je suis un plan qui montre,
meurtri et solitaire,
le retard usé des chemins
qui s’effacent déjà.

Mon isolement n’a pas de secrets.
Aux portes du froid,
je dois trouver
en toute hâte
le soleil à la maison ;
un corps qui retient
le tremblement de la lumière.

***

NUBE

Conoce la indigencia
el pacto con mi sed adormecida.
Al descorrer su velo la mañana
la recibo en silencio y nada pido.
Si acaso, el afán limpio de una nube
que dibuje al descuido su textura,
la silente veleta de una niñez ingrávida.

Y que la nube un día
sea brote, secreto fugitivo
en la estepa del cielo;
lluvia fértil
que asienta entre los párpados
un temblor auroral,
la claridad pujante del comienzo.

 

NUAGE

L’indigence connaît
le pacte avec ma soif endormie.
Quand le matin fait tomber son voile
je l’accueille en silence et ne demande rien.
Ou peut-être, l’empressement propre d’un nuage
qui dessine dans l’insouciance sa texture,
la girouette silencieuse d’une enfance en apesanteur.

Et qu’un jour le nuage
soit un germe, un secret fugitif
dans la steppe du ciel ;
pluie féconde
qui dépose entre les paupières
un tremblement auroral,
la clarté bourgeonnante du commencement.

***

INVITACIÓN AL OTRO

Si hablo de mí en los versos
muestro la contingencia,
el ropero con saldos.
Alzo el artesonado desmontable
de un poema de época
al que no darán tregua
los lejanos suburbios del futuro.

El lenguaje recela
de esta hojarasca tibia
que toma posesión
de una pequeña casa en la intemperie.

Aprendo a articular los argumentos
en torno a otros motivos.
Contención y pudor.
El yo debe quedar inerme entre la grava;
ser reliquia.
Quien importa es el otro.

 

INVITATION À L’AUTRE

Si je parle de moi dans les vers
je montre la contingence,
l’armoire aux soldes.
Je dresse le plafond à caissons amovibles
d’un poème d’époque
auquel n’accorderont aucune trêve
les lointaines banlieues de l’avenir.

La langue se méfie
de cette tiédeur de feuilles mortes
qui prend possession
d’une petite maison en plein air.

J’apprends à articuler des arguments
autour d’autres motifs.
Retenue et pudeur.
Le moi doit rester inerte parmi les graviers ;
être une relique.
C’est l’autre qui compte.

 

***

 

José Luis Morante (El Bohodón, Ávila, 1956)
Professeur de sciences sociales. Son œuvre poétique comprend une douzaine de livres, de Rotonda con estatuas (1990) à Nadar en seco (2022), récompensés par des prix tels que le prix Luis Cernuda, le prix international de poésie San Juan de la Cruz et le prix Hermanos Argensola. Une large sélection de poèmes est rassemblée dans les anthologies Mapa de ruta (2010), Pulsaciones (2017) et Ahora que es tarde (2020). Son œuvre en prose comprend la revue Reencuentros, le livre d’entretiens Palabras adentro et Protagonistas y secundarios, une sélection d’articles et de critiques. Il a préparé les éditions Arquitecturas de la memoria, de Joan Margarit, Ropa de calle, de Luis García Montero, et Hilo de oro, d’Eloy Sánchez Rosillo ; il a également préfacé des livres de Luis Felipe Comendador, Herme G. Donis, Javier Sánchez Menéndez et Karmelo C. Iribarren, entre autres. Il a publié les livres d’aphorismes Mejores días (2009), Motivos personales (2015) et Planos cortos (2021), ainsi que l’édition de Aforismos e ideas líricas (2018) de Juan Ramón Jiménez. En 2016, il a donné la parole à la première génération poétique espagnole du XXIe siècle dans l’anthologie Re-generación et, en 2020, il a sélectionné et préfacé l’anthologie 11 Aforistas a contrapié. Il collabore en tant que critique à la revue Turia et au supplément numérique Los Diablos azules d’Infolibre.es. Il a participé à des lectures et à des conférences internationales sur la critique et la poésie. Certaines de ses œuvres ont été traduites en français, en anglais, en italien et en grec.
En février 2021, l’Universidad Autónoma Nacional de México, Ciudad Universitaria, Delegación de Coyoacán, a publié une anthologie de ses aphorismes, Migas de voz, inaugurant la collection Esquirlas, destinée aux lecteurs universitaires. La maison d’édition Crátera (Valence, Espagne), en coédition avec Isla negra de Puerto Rico, a publié son dernier recueil de poésie Nadar en seco (2022).
Il est responsable du blog « Puentes de Papel » (http://puentesdepapel56.blogspot.com).

Laisser un commentaire